','

'); } ?>
06 61 70 97 17

Science et hypnose - Science et hypnoseDepuis ses débuts, science et hypnose n’ont pas fait bon ménage et  l’hypnose a été controversée et accusée de profiter de faux témoignages (entre autres procès d’intention…). Je ne vais pas vous raconter toute l’histoire de l’hypnose depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui, vous trouverez facilement tout cela sur le Net si cela vous interpelle…

Ce qui nous intéresse ici, ce sont les preuves scientifiques. La façon dont l’imagerie médicale a pu valider l’intérêt de l’hypnose.

Nous connaissons les effets positifs de l’hypnose au niveau de la douleur et de l’anxiété. Actuellement, on trouve dans chaque grande ville au moins un centre antidouleur qui travaille avec l’hypnose. L’hypnose est  Pratiquée depuis plus de 15 ans en milieu hospitalier et bénéficie, depuis quelques années, de diplômes universitaires. Voyons de près comment science et hypnose ont pu se rencontrer…

Science et hypnose : les preuves

La tomographie par émission de positron (TEP) est apparue vers la fin des années 80. Cette technique qui permet d’observer le cerveau en temps réel. En demandant au sujet d’effectuer une tâche, on pouvait observer quelles zones du cerveau était activées. On a pu aussi comparer le cerveau en état normal avec le même cerveau sous hypnose. On peut ainsi vérifier que la douleur n’affecte pas le cerveau de la même façon avec ou sans hypnose. Une équipe de Montréal (Dr P. Rainville) a même démontré que l’hypnose peut agir sur deux aspects distincts de la douleur : la sensation et l’émotion. On peut ainsi sentir une douleur sans qu’elle soit liée à une anxiété mais on peut aussi ressentir une douleur qui nous inquiète par le diagnostic supposé… Exemple douleur au ventre, au sein, etc. et dans ces deux cas, ce ne sont pas les mêmes zones du cerveau qui s’activent.

Il a ainsi été démontré qu’en modifiant l’expérience subjective on peut modifier la physiologie du cerveau.

Cette fois l’observation directe a permis d’investiguer les effets produits par hypnose. On a ainsi pu démontrer que lorsque le sujet affirme avoir vu ou ressenti  un stimulus suggéré en hypnose, son cerveau a réagi comme si l’action avait eu lieu en vrai. On peut dire aujourd’hui que science et hypnose peuvent commencer à collaborer pour le meilleur !

En dehors des traumatismes et de la gestion de la douleur, il est tout aussi possible de guérir nos blessures intérieures. Il nous reste à clarifier ce que nous souhaitons transformer dans nos croyances et notre regard sur nous-même et sur le monde… Et cela se définit  très facilement en thérapie.

EnregistrerEnregistrer

Je veux recevoir 3 vidéos gratuites
Pour apprendre à lâcher prise  
Nous respectons votre vie privée.